véhicule d'occasion a été endommagé ou accidenté

Comment savoir si un véhicule a été endommagé voir accidenté ?

Comment savoir si un véhicule a été endommagé ? Ou comment éviter les pièges en suivant ces étapes cruciales avant d’acheter un véhicule d’occasion. Identifiez les signes d’un véhicule accidenté en examinant soigneusement la carrosserie, en consultant l’historique et en faisant réaliser des expertises. Calculez précisément la décote à appliquer en cas de dommages pour négocier le meilleur prix. Un véhicule accidenté représente des risques de sécurité et de coûts futurs importants. Prenez la bonne décision dès maintenant

Comment savoir si un véhicule d’occasion a été endommagé ou accidenté en Introduction

Acheter un véhicule d’occasion peut être un excellent moyen de faire des économies, mais certaines précautions sont indispensables. En effet, de nombreux propriétaires revendent leur voiture après un accident sans nécessairement l’indiquer. Détecter un véhicule accidenté ou endommagé est donc primordial pour éviter les désagréments futurs.

Un véhicule accidenté peut présenter des défauts cachés compromettant votre sécurité et engendrer des coûts de réparation importants. De plus, sa valeur de revente sera fortement diminuée. C’est pourquoi il est essentiel de suivre une série de vérifications avant d’acheter, en examinant minutieusement la carrosserie, en consultant les dossiers d’entretien, en faisant expertiser le véhicule et en évaluant correctement sa cote.

Nous vous guiderons à travers toutes ces étapes indispensables pour vous permettre de réaliser un achat en toute sérénité et éviter les potentielles arnaques.

Repérer les dommages visibles sur un véhicule d’occasion

La première étape consiste à réaliser une inspection visuelle approfondie du véhicule. Même les dommages les plus infimes peuvent trahir un éventuel accident ou choc subi par la voiture. Il faut donc être extrêmement vigilant et scruter chaque élément de la carrosserie.

Commencez par bien examiner la peinture sous un éclairage rasant. Cherchez d’éventuelles rayures, traces de frottement, écailles ou décolorations pouvant indiquer des réparations. Vérifiez également l’alignement des portes, capots et hayons. Le moindre défaut de parallélisme peut révéler une déformation de la structure suite à un choc.

Contrôlez ensuite attentivement l’intérieur du véhicule. Des dommages au niveau des garnitures, ceintures ou airbags déployés peuvent être les stigmates d’un accident. Enfin, ne négligez pas les dessous du véhicule où des impacts seraient également perceptibles.

Contrôler les écrous du capot moteur

Un autre point crucial à inspecter lorsque vous soulevez le capot moteur est l’état des écrous et charnières permettant de le fixer au véhicule.

En cas d’accident avec choc frontal, ces fixations sont souvent fortement sollicitées et peuvent être endommagées ou mal remontées après réparation.

Commencez par vérifier visuellement l’aspect des écrous. Cherchez d’éventuelles déformations, rayures ou traces d’outils qui pourraient indiquer qu’ils ont été ressérés ou remplacés.

Ensuite, essayez de les dévisser légèrement à la main. S’ils tournent trop facilement ou au contraire refusent de bouger, c’est qu’ils ont probablement souffert et ont été mal remontés.

Contrôlez également le jeu et la tenue des charnières en soulevant et rabaissant plusieurs fois le capot. Une usure anormale ou un défaut de parallélisme peuvent révéler un choc antérieur.

Enfin, n’hésitez pas à secouer vigoureusement le capot pour vérifier la solidité générale de sa fixation. Un capot bien remonté après un accident peut se révéler défaillant.

En suivant scrupuleusement ces vérifications, vous pourrez rapidement détecter un éventuel défaut au niveau du système de fixation du capot moteur.

Contrôler les DOT (Date of Transfer) de chaque pièce

Une autre astuce pour détecter d’éventuels dommages ou réparations suite à un accident consiste à vérifier les codes DOT présents sur de nombreuses pièces automobiles.

Le DOT (Date of Transfer) est un code composé de chiffres et de lettres, généralement moulé dans la matière des pièces en plastique ou caoutchouc lors de leur fabrication. Il indique la semaine et l’année de production.

Lors de votre inspection, vous devrez relever ces codes DOT sur un maximum de pièces, comme les garnitures, boucliers, optiques, joints, soufflets… Comparez ensuite ces dates entre elles.

Si certaines pièces affichent des codes DOT différents et plus récents que d’autres, cela signifie qu’elles ont probablement été remplacées à la suite d’une réparation après accident.

Faites particulièrement attention aux codes DOT des pièces de carrosserie (ailes, portes, etc) qui devraient logiquement toutes dater de la même année que le véhicule. Des écarts de dates seraient très suspects.

Cette technique de vérification des DOT demande un petit temps d’observation, mais permet souvent de révéler si un véhicule a subi des dommages importants nécessitant le remplacement de nombreuses pièces.

Contrôler les dates sur les vitres pour savoir si votre véhicule d’occasion a été endommagé ou accidenté

Une autre vérification à effectuer pour détecter d’éventuels dommages ou réparations suite à un accident consiste à inspecter attentivement les vitres du véhicule.

La plupart des vitrages automobiles comportent une marque spécifique, généralement inscrite à l’encre ou gravée dans un coin, indiquant leur date de fabrication. Cette date est au format mois/année.

Lors de votre inspection, repérez et relevez ces dates présentes sur le pare-brise, les vitres latérales et la lunette arrière. Si le véhicule est d’origine, toutes ces dates devraient logiquement être proches de l’année de mise en circulation.

En revanche, si vous constatez des écarts importants entre les différentes dates, avec certaines vitres beaucoup plus récentes que d’autres, cela peut signifier qu’une ou plusieurs d’entre elles ont dû être remplacées à la suite d’une réparation après accident.

Comparez également ces dates avec le millésime du véhicule. Une vitre plus ancienne que l’année-modèle serait également suspecte et trahirait un possible remplacement.

Cette vérification des dates de fabrication sur les vitres est un excellent moyen complémentaire de détecter les stigmates d’un éventuel accident ou choc subi par le véhicule dans le passé.

Consulter le carnet d’entretien et l’historique du véhicule

Même si aucun dommage visible n’est décelé, il est indispensable de consulter les documents du véhicule pour en retracer l’historique. Exigez du vendeur la présentation du carnet d’entretien complet retraçant toutes les opérations et réparations effectuées.

Soyez particulièrement attentif aux éventuelles mentions de chocs, remplacements de pièces majeures (carrosserie, optiques, etc.) ou réparations suite à un sinistre. Ces inscriptions peuvent révéler un accident ou des dommages importants subis par le véhicule.

Il est également judicieux de se procurer un rapport d’historique détaillé auprès d’organismes spécialisés. Cesinformations centralisées et certifiées, issues des bases de données d’experts et d’assureurs, permettront de détecter un éventuel véhicule accidenté non renseigné.

N’hésitez pas à questionner le vendeur sur tout élément suspect et exiger des justificatifs en cas de doute. Un professionnel sérieux sera parfaitement transparent. Contrôlez également avec histovec.

Faire réaliser une contre-visite ou un contrôle technique approfondi

Même après ces premières vérifications, il peut subsister des zones d’ombre sur l’état réel du véhicule. Pour lever définitivement tout doute, la solution consiste à faire réaliser une expertise approfondie par des professionnels.

La première option est de mandater un expert en dommages automobiles pour effectuer une contre-visite du véhicule. Son oeil avisé saura immédiatement déceler la moindre trace d’un éventuel accident ou choc. Il pourra même estimer les coûts liés aux potentielles réparations à prévoir.

Vous pouvez également faire réaliser un contrôle technique complet dans un centre agréé. Au-delà des simples points de sécurité, cet examen minutieux révèlera tous les défauts du véhicule, y compris ceux pouvant résulter d’un accident ou dommage antérieur.

Ces inspections par des experts sont un investissement négligeable au regard de la tranquillité et des éventuelles économies réalisées. Elles sont un passage obligé pour s’assurer de l’état irréprochable du véhicule avant son acquisition.

Vérifier la cote argus et calculer la valeur du véhicule

Une fois le véhicule entièrement inspecté, vous devrez calculer précisément sa juste valeur en vous référant à la cote argus. En effet, un véhicule accidenté verra immanquablement sa cote baisser de manière significative.

Commencez par obtenir une estimation de base via les outils en ligne ou les éditions papier de la cote argus. Renseignez soigneusement le modèle, millésime, kilométrage et options pour avoir une référence précise.

Ensuite, vous devrez appliquer une décote en fonction de l’importance des dommages ou réparations à prévoir sur le véhicule. Cette décote peut rapidement atteindre plusieurs milliers d’euros selon la gravité de l’accident subi.

Le calcul de cette décote est donc crucial, car il vous permettra de négocier le prix en conséquence auprès du vendeur. N’hésitez pas à vous faire assister par un professionnel pour estimer correctement cette moins-value.

Disposer de cette cote précise est un atout majeur pour ne pas se faire arnaquer lors de l’achat d’un véhicule accidenté ou endommagé.

Connaître les risques liés à l’achat d’un véhicule d’occasion a été endommagé ou accidenté

Même après avoir pris toutes les précautions, l’achat d’un véhicule accidenté représente certains risques qu’il est important de bien appréhender.

Tout d’abord, un véhicule ayant subi un choc violent verra forcément sa structure fragilisée. Malgré les réparations, certaines zones peuvent rester sources de défaillance et compromettre votre sécurité lors d’un éventuel nouvel accident.

De plus, certains dommages difficiles à détecter peuvent ne pas avoir été correctement réparés. Des fuites, dysfonctionnements ou usures prématurées surviendront alors inévitablement, vous contraignant à des dépenses imprévues.

Enfin, un véhicule accidenté verra automatiquement sa valeur de revente considérablement diminuée, ce qui représente une perte sèche en cas de revente future.

Il est donc essentiel de bien évaluer ces risques et ces coûts potentiels avant de vous engager dans une telle transaction. Un véhicule accidenté pourra toujours représenter une bonne affaire financière, mais seulement si vous avez anticipé tous ces facteurs.

Comment savoir si un véhicule d’occasion a été endommagé ou accidenté en Conclusion

Acheter un véhicule d’occasion peut réserver bien des surprises si vous n’êtes pas suffisamment vigilant. En suivant à la lettre les conseils détaillés dans cet article, vous pourrez détecter sans faille un véhicule accidenté et évaluer les risques avant de conclure.

Articles par catégorie